Les végétariens, végétaliens et autres végans sont-ils des êtres humains comme les autres?

Malaika, de meat lover à végane

Malaika, de meat lover à végane

Il y a encore quelques temps, quand on pensait « végétarien », on visualisait un individu maigre et pâle, aussi glam’ qu’une feuille d’endive. Quelqu’un qui sans aucun doute n’avait jamais aimé la viande, ni aucune des bonnes choses de la vie. Un gros relou en somme… Mais les temps ont bien changé, et je croise sur mon chemin de plus en plus de végétariens/végétaliens/végans pleins de vie, gourmands, sexy, funky. Malaika en fait partie, j’ai eu envie de l’interviewer pour qu’elle me raconte comment, de carnassière pure et dure, elle est devenue une végétarienne puis une végane convaincue.

Tu te présentes en quelques mots?
J’ai 30 ans, un père malgache et une mère espagnole, une soeur. J’ai passé mes premières années à Madagascar pour ensuite m’installer en France où j’ai fait Sciences-po puis une école de commerce. Je suis de retour à Antananarivo depuis quelques mois, où je viens de me lancer dans la création d’un incubateur social.

C’était comment, « avant »?
Dans ma famille on a toujours mangé de la viande ou du poisson à quasiment tous les repas. Moi j’adorais la viande, la moelle, tout! Ma mère m’engueulait même parce que je rongeais les os alors qu’il fallait que j’en laisse pour les chiens! Elle sait faire du foie gras, j’en mangeais au petit dej, j’aimais aussi manger cru : sushis, makis et compagnie, viande crue éthiopienne ou libanaise…

Comment es-tu passée du côté végé de la Force?
Ca a été très progressif… Ca a commencé par le foie gras , il y a une dizaine d’années. J’ai découvert le gavage, je me suis dit que c’était vraiment dégueulasse et qu’il était fini pour moi le temps des tartines de foie gras! Trois-quatre ans après j’ai rencontré des végétariens, qui m’intriguaient un peu : je trouvais ça farfelu. Je suis tombée sur quelques articles sur le sujet, mais tout ça était très éparpillé. Le vrai déclic a eu lieu quand j’ai lu Faut-il manger des animaux, de Jonathan Safran Foer. Ca collait parfaitement à tout un tas de réflexions qui tournaient dans ma tête, je me suis dit que quand je l’aurais terminé je deviendrais végétarienne. Je ne pouvais pas continuer comme avant après avoir appris tout ça, ç’aurait été être malhonnête avec moi-même.

Et pourquoi, donc, es-tu devenue végétarienne?
Au début, mon végétarisme était essentiellement motivé par le bien-être des animaux : l’exploitation animale, l’horreur de l’élevage industriel… Mais à cela s’est ajoutée la prise de conscience de l’impact de l’élevage sur l’environnement, sur le changement climatique. La santé n’entrait pas en ligne de compte. Ce n’est que plus tard que je me suis rendue compte que cette façon de s’alimenter pouvait en plus être bonne pour la santé. J’ai lu quelque part qu’on touche au bonheur quand nos actes sont en accord avec nos pensées et en ce qui me concerne, c’est complètement vrai : je me sens plus heureuse, plus en paix avec moi-même depuis que je suis végane!

Et si les animaux étaient mieux traités, tu les mangerais?
Plus maintenant. Je considère que les animaux ne sont pas sur Terre pour qu’on les exploite. Ca fait donc deux ans que je suis devenue végétalienne et végane, après quatre ans de végétarisme. L’élevage pour la production de lait est lui aussi sans pitié pour les animaux. Il y a plein de débats là-dessus, on se prend parfois la tête avec ma sœur, végétarienne, quand je lui explique pourquoi je ne veux plus consommer de miel, ou quand elle m’explique que si un animal a bien vécu, s’il a gambadé dans la nature et tout, on peut le manger.

C’est compliqué, de changer ainsi radicalement d’alimentation?
Au début  oui, on se rend compte que la viande et le poisson sont au centre de presque tous les repas, et on se dit que se nourrir de légumes c’est pas très marrant. Mais finalement, j’ai découvert un nouveau monde : avant j’aimais bien cuisiner, maintenant j’adore! Il existe des tas de blogs avec des recettes dingues, j’ai découvert des tas d’épices, de graines, de condiments, de combinaisons… Le passage au végétalisme a été plus difficile, j’étais un peu triste parce que j’aimais cuisiner et manger des gâteaux, et que je ne voyais pas comment je pourrais satisfaire ma gourmandise si je supprimais aussi les oeufs, le beurre, le lait… Mais là encore, j’ai découvert la pâtisserie végane, les gâteaux crus et tout un tas de choses que je trouve meilleures que ce que je mangeais avant. Il est possible qu’il y ait une part de psychologique là-dedans, mais je préfère de loin mon alimentation actuelle à celle que je pratiquais avant.

Ton alimentation d’avant ne te manque pas?
Plus du tout aujourd’hui mais quand j’ai arrêté d’acheter de la viande ou du poisson, si. Au début je me disais que je ne mangerais de la – bonne – viande qu’au restaurant, ou quand j’irais chez les gens, ou encore en voyage, pour ne pas passer à côté de cet aspect de la culture locale qu’est la cuisine…  Je faisais donc parfois des « rechutes », après lesquelles je culpabilisais pas mal. Mais au fur et à mesure je me suis désaccoutumée et aujourd’hui j’ai réellement perdu tout intérêt pour toute chair animale. Quand il m’arrive d’en manger malgré tout parce que je n’ai pas le choix, je n’en aime ni le goût, ni la consistance.

Comment a réagi ton entourage?
Au début ça a été difficile. Ma soeur est devenue végétarienne quelques mois avant moi. Mes parents ne comprenaient pas, ils voyaient ça comme une lubie. On avait droit aux remarques du genre « allez, les plantes elles pleurent aussi hein ». Ca a pas mal clashé, notamment parce que j’avais le syndrome des nouveaux convertis : j’avais vu la lumière, je voulais que tout le monde la voie aussi! Du coup j’étais obsédée par ça, limite agressive, insupportable quoi… Je ne comprenais pas comment les gens qui « savaient » pouvaient tranquillement continuer leur vie sans y changer quoi que ce soit. Et puis petit à petit je me suis calmée, je suis passée d’un militantisme vénère à un végétarisme serein. Et le plus fou c’est que c’est au moment où j’ai « lâché » sur le prosélytisme, où je suis devenue plus cool, que les gens autour de moi ont commencé à s’intéresser à ma démarche, à me demander des recettes, des conseils, des adresses… Ils sont passés de réfractaires à sympathisants végétariens! Certains autour de moi le sont aussi devenus. Ils ont découvert qu’être végétarien ne signifie pas passer sa vie à manger des légumes! La société évolue : quand je suis devenue végétarienne, il n’y avait que deux personnes autour de moi qui l’étaient, aujourd’hui j’en connais une dizaine, en quatre ans c’est énorme!  Même ma mère se déclare flexitarienne! Elle a eu un cancer du sein, elle s’est donc beaucoup intéressée au rôle de l’alimentation sur la santé. Elle a changé son comportement alimentaire – pas seulement concernant la viande mais aussi les produits raffinés, le sucre etc.  Et donc aujourd’hui mes parents, qui mangeaient de la viande ou du poisson tous les jours, en consomment une seule fois par semaine, et mon père nous est reconnaissant de lui avoir fait découvrir les bons petits plats végés. Pour eux la motivation est avant tout sanitaire, donc différente de la mienne, mais le résultat est le même, non?

Au restaurant comment ça se passe?
Quand t’es juste végétarien ça va encore, mais pour les végétaliens c’est dur, sauf à faire un repas exclusivement composé de frites… Ceci dit à Paris, il y a de plus en plus de restaurants végés super chouettes, et sinon il y a tous ceux qui proposent de nombreux plats végétariens voire végétaliens, comme les restaurants indiens, éthiopiens, libanais…  Après si je me retrouve dans un lieu où il n’y a pas d’alternative, je ne me laisse pas mourir de faim hein!

Les bonnes adresses végés de Malaika à Paris

Pour aller plus loin…
La santé dans l’assiette
Cowspiracy
Faut-il manger des animaux de Jonatan Safran Foer
180 jours d’Isabelle Sorrente

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s