La théorie du short en jean

Je l’avais pourtant vue venir, la vague, il y a quelques années de cela. Les grands reporters de mode avaient prédit le tsunami au sortir des défilés prêt-à-porter printemps-été. Je n’avais alors pu m’empêcher de noter que si les journalistes des magazines masculins semblaient particulièrement impatients d’observer le phénomène sur le terrain, du côté des féminins la nouvelle était accueillie avec un enthousiasme plus mitigé : le short en jean était en passe de devenir LE vêtement incontournable de l’été, il allait encore falloir faire la guerre aux capitons.

short en jean

Si tu me connais un peu, tu sais que je suis un peu lente à la réaction. Ce n’est donc que cet été que j’ai pu constater l’ampleur des dégâts de mes propres yeux, à Solidays. Pour tout te dire c’était la première fois que je me rendais à un « vrai » festival. J’en ai tiré la conclusion que pour mon premier « vrai » festival, il eût fallu avoir entre 16 et 26 ans, et non 36. Ce pour des raisons de propension à l’enthousiasme et de tolérance à l’inconfort quelque peu diminuées (à part Yael Naïm, je crois que le plus beau moment pour mon aventurière accompagnatrice et moi-même fut l’incursion dans la zone VIP, où l’herbe n’était pas sèche et poussiéreuse mais verte et grasse et où nous avons pu poser nos fiers postérieurs sur de vrais sièges, sous de jolis lampions multicolores, pour trinquer au rosé plutôt qu’à la reubié).

Bref.

A Solidays ondoyaient des milliers de shorts en jean, formant un immense ocean. 50 shades of blue, c’était. Tant d’originalité me laissait pantoise. Bah, le panurgisme est l’apanage du jeune âge, sois clémente, m’enjoignai-je en mon for intérieur.

Il y en avait des courts, des très courts, des très très courts, des si courts que je me demandai dans un second temps si on pouvait encore appeler ça « vêtement ». Quand la fesse est à moitié exposée, peut-on réellement dire qu’on est « vêtue », je te le demande ? A mon avis, non. On n’est pas vêtue, on est en micro-short. Et tant de chair exposée, est-ce bien sérieux ?

C’est alors que mon alarme anti-réac s’est déclenchée, allant jusqu’à couvrir les voix lascives des Brigitte (dont j’aurais beaucoup à dire, mais c’est une autre histoire). L’heure était grave, j’étais en train de virer vieille conne. Vieille je pouvais assumer (c’était même indispensable si je voulais pouvoir continuer à me regarder en face dans le miroir des toilettes – propres et accessibles sans risque d’implosion de vessie – de l’espace VIP). Mais vieille conne, ah non, c’était vraiment pas possible.

Et puis le flash. La révélation. Comment ne l’avais-je pas compris plus tôt ?!? Le short en jean était en fait LE vêtement féministe par excellence !!!

Je te la fais courte.

Short = vêtement pratique, confortable, d’ailleurs utilisé à ses débuts pour la pratique de sports divers et variés.

Jean = matière robuste s’il en est, d’ailleurs utilisée à ses débuts comme vêtement de travail par les marins, mineurs, bûcherons, ouvriers et autres individus dotés de biscotos.

Le short en jean c’est donc, finalement, la liberté. Pratique, confortable (il faudrait qu’on me confirme cette information tout de même), robuste, avec lui tu peux traîner tes guêtres à peu près partout. Evite tout de même les lieux de culte, non pas pour éviter de choquer Dieu, Dieu s’en fout, il est partout donc il te voit à poil sous ta douche sans que ça l’émeuve plus que ça. Non, juste par respect pour ceux qui sont là dans le recueillement et pour qui toute cette chair exposée pourrait apparaître comme une offense. Evite aussi l’Inde, le Pakistan, l’Egypte, l’Irak, l’Arabie Saoudite, la Syrie et tous ces autres pays fort sympathiques mais où une partie de la population risque de te causer quelques soucis.

Un short en jean c’est sexy mais pas forcément. Ca dépend de la façon dont tu te l’appropries. Accessoirement, le short en jean, qui se porte quand même assez court sinon on appellerait ça bermuda, peut être militant. Il est alors écrit dessus : je m’habille aussi court que je veux et je vous emmerde.

Enfin, nul besoin de te contorsionner dans tous les sens en sortant de bagnole pour éviter de faire une Basic Instinct involontaire. En short en jean tu montres ce que TU veux.

C’est moins drôle pour les garçons, qui ne peuvent plus compter sur leur pote Zéph’ pour découvrir – enfin – ce qui se cache sous les jupes des filles. C’est carrément la misère pour les connards qui photographient ta culotte ou ta non-culotte à ton insu dans les escaliers roulants.

En somme, le short en jeans est cool. Ce n’est pas pour autant que je vais en acheter un, pro-jupe je suis et pro-jupe je resterai. Mais promis, mon sourcil droit ne se lèvera plus si tu passes devant moi ainsi court-vêtue. Sauf si tu tiens vraiment à m’imposer la vue de ta demie fesse gauche : chuis pas réac mais faut pas pousser mémé dans les orties non plus hein.

4 commentaires

  1. caro · août 19, 2015

    vive le short en jean !
    j’ai trainé le mien en soirée, dans la boue de mes voyages, en rando, au resto, au boulot. Tu l’as dit, LE vêtement féministe par exemple, free the capiton !

  2. Céline · août 19, 2015

    Je rejoins ce cri de guerre : Free the capiton !!!

    • Asha Bottée · août 19, 2015

      Je n’en attendais pas moins de toi Céline. Alors FREE THE CAPITON!!!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s