Etat de grâce

wackelpuddingherz-jellyheart-1417499-mDepuis quelques temps, ils s’étaient remis à sortir à deux. Rincés par les orages d’une relation fusionnelle, ils s’ouvraient enfin au monde. Son amour pour elle devenait moins exclusif, moins tyrannique, tandis que son amour à elle s’épanouissait comme une fleur trop longtemps privée de soleil.

 

– Ca te dit qu’on aille manger dehors ?

– Oui !

Il marchaient main dans la main et on se retournait sur leur passage. Quelque chose en eux parlait à la vieille âme du monde, celle-là même qui avait vu naître l’amour originel.

– Ici c’est bien non ?

– Oui c’est très bien.

Ils mangèrent en silence, nullement gênés par les blancs qui occupaient l’espace entre eux. Elle l’observait à la dérobée. Sa beauté lui coupait le souffle et, si elle s’y attardait trop, lui tordait les entrailles.

Longtemps, il avait essayé de la dévorer, corps et âme. A présent, c’était elle qui aurait voulu arrêter le temps pour fixer cette sensation, sa douceur et sa chaleur tout contre elle, à jamais. Ne faire plus qu’un, encore et encore, pour toujours. Folie pure, élan morbide qu’elle était heureuse de réussir malgré tout à dominer.

Elle piquait des frites dans son assiette sans qu’il s’en offusque, c’était dingue quand on y pensait.

– On partage un dessert ?

– D’accord !

Combien de fois s’était-elle vu répondre par la négative à cette question posée à d’autres? Et combien de temps cet état de grâce allait-il durer ?

– Je t’aime tu sais ?

– Je t’aime aussi maman.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s